Mondial Delta 2017 Brasilia / 2ème Manche

Afin de pouvoir se concentrer sur leur vol, les pilotes s'installent pendant une grande compétition dans une routine. Et même si elle ne ressemble que peu à Metro/Boulot/Dodo, elle est indispensable pour évacuer la pression et garder l'esprit orienté vers leur objectif.

Après un petit déjeuner gargantuesque qui doit permettre de tenir toute la journée, le départ est donné à 8H30. A l'arrivée au déco, 1H45 plus tard commence le montage des ailes, le briefing des Team Leaders pour moi, le pilots briefing, puis le briefing de la French Team. A 12H, tout doit être prêt materiellement et les esprits clairs sur le parcours à effectuer, les points durs, les changements de rythme potentiels.

 

Betinho l'a annoncé, celui qui gagnera c'est celui qui a la meilleure aile et qui ne fait pas de grosse erreur. Aujourd'hui c'est encore plus vrai qu'hier, les conditions généreuses amènent beaucoup de monde au but mais c'est la performance et les petites erreures qui font la différence. Outre ce décollage qui à mit du temps à s'allumer les conditions étaient "fumantes", le circuit ne présentait pas de piège si ce n'est le glide final.

A l'ouverture de la fenêtre de décollage, les conditions sont faibles et les premiers peinent à monter. La pression monte, notamment pour Françoise qui est inscrite en "early bird", c'est à dire qu'elle sera dans les premières à décoller, avant l'ordre officiel donné par le classement de la première manche.

La ville de Planaltina, aux abords de Brasilia

Christian Pollet au dessus de Bethino, organisateur et figure emblématique du delta Brésilien


Si tu t'arretes dans du +2 tu perds 20 places. Si tu fais un tour de trop le groupe te lache, tu veux bétonner ton arrivée t'arrive dernier, si tu la bétonnes pas tu n'arrives pas! Faut-il tirer plus la barre? Est-ce que le prochain thermique sera aussi bon ? Pas le temps de réfléchir le Gaggle est déjà partie. Vu les manches, les grands rayons et les zones de vol à respecter (horizontal et vertical) les 6030 sont obsolètes face aux nouveaux instruments.

La grappe de tête est un rouleau compresseur qui écrème à mesure qu'il avance abandonnant dans son sillage les pilotes inatentifs qui se demanderont plus tard ou diantre ont ils fait l'erreur ! Moins de panache qu'hier mais 3 français au but quand même. Et quel but! 35km avant, voir cette ville blanche de Brasilia immaculée s'érriger hors du lac, ces batiments aux formes astronomiques qui se dessinent et vous guident à mesure que vous vous rapprochez. La traversée du lac en serrant les fesses et le regard méfiant aux voisins de droite et de gauche pour savoir qui tirera plus que les autres et enfin le glas salvateur du GPS indiquant la fin de la speed section. Un dernier coup d'oeil aux batiments qui saluent notre arrivée et le long flair sur l'esplanade ponctué d'un poussé final. Nous sommes au but et au bercaille !


A demain   

Laurent T et Manu FF

Rubrique(s) du menu:
Actualité:

Vidéos dvd CND

La Transversale