Le vol de Bruno DIJOLS du 10/07/2019

03-04 | 04-05 | 10-11 | 11-12 | 12-13 | 13-14 | 14-15 | 15-16 | 16-17 | 17-18 | 18-19 | 19-20


Pour tous problemes avec un vol ou un classement, contacter l'equipe C.F.D.
trace GPS2019-07-10-igcfile-64209-185261.igc
decollagemer, 10/07/2019 - 17:30 UTC
atterrissagemer, 10/07/2019 - 18:33 UTC
Plafond max2181 m
Vz max+9.8 m/s
Nombre de points de la trace566
intervalle moyen d'enregistrement1 point/6.8s
Trous dans la traceOui, le plus long de 193s
cryptage FAIOK. signature = xcg

Télécharger la trace :


Astuces d'utilisation de la carte : ( flyXC.app, une réalisation VictorB)

4h d'attente, heureusement qu'il y avait plein de kérosène

Météo du vol: 

Ouest.

récit du vol: 

Je suis disponible en ce début Juillet et ill me faut voler en delta si je veux enfin comprendre comment ça marche et arrêter de faire des tas. JE vais à Saint André où les vols du soir et la tendancce Ouest devraient me permettre de profiter du dynamique pour prolonger le vol quand je n'arrive pas à enrouler.

Le 10, après un AR en parapente du col de Bleine, j'arrive juste à temps pour prendre la navette à 17h et faire le vol du soir au Chalvet. Aucun deltiste, c'est la première fois que je vais décoller en solo... un peu de tension et j'attends que ce soit si faible que tous les parapentes aient décollé, il me reste encore une bonne heure de vol. Le 11 je rencontre Pieter, un deltiste Belge qui prend la navette avec moi pour le vol de midi. Il me propose son aide pour décoller, je me dépêche un peu pour ne pas le retarder, je décolle dans un coup de mou et ce n'est pas comme le soir : le soleil n'a pas chauffé la pente et les quelques minutes sur la pente ne permettent pas d'avoir un dynamique facile, encore un tas à mon actif.

Le 13, nous sommes à nouveau avec Pieter et l'Ouest est toujours là, surtout en basse couche et un peu moins au décollage. Je retarde un peu mon décollage pour éviter le tas mais pas trop pour bénéficier de la présence de Pieter même si ce n'est pas si fort que ça. Je décolle à 12h30 et j'ai un peu de mal mais je réussi à rester au niveau du déco. Un quart d'heure plus tard, Pieter décolle et monte bien plus facilement, c'est pour cela que je dois progresser, mais aujourd'hui je vais avoir l'occasion. On prend tous les deux environ 2300m dans l'Ouest au Chalvet, je le vois partir au sud et se faire appuyer, je choisis de me faire dériver vers Maurel où j'arrive à retrouver quelque chose bien au-dessus de la crête qui vient de Saint André. Je refais un 2300m et il me semble que si cela doit être le plafond de la journée, combiné à lOuest, le mieux sera d'aller sur la crête des Serres puis de poser à la Mure. Je retrouve Pieter sur la crête des Serres et on fait l'aller retour qu Pic de Chamatte. Les balises indiquent des valeur maximales en hausse, pas étonnant, il est environ 14h... Je pense qu'atterrir à cette heure là n'est pas une très bonne idée, je décide d'attendre que le max au Chalvet repasse sous les 30km/h en faisant quelques AR au pic de Chamatte. Erreur : après trois AR la balise est maintenant à 36km/h max (18 d'Ouest en moyenne, ce qui n'est pas énorme). Même à la Mure, est-ce que ce ne sera pas trop turbulent ? J'aimerais aller dormir le soir à Bleine car la météo y semblait bonne le 14 pour un vol de parapente et de nombreux copains allaient y aller, ce serait bien de ne pas poser trop tard... ni trop loin... Alors bientôt à la Mure ou plus tard à Aerogliss ? Mon coeur balance. je dois limiter les problèmes apparus lorsque j'ai atteint deux heures de vol cette année : l'impression d'avoir du mal à respirer, écrasé dans le harnais, mal aux bras, mal aux chevilles et aux talons. Je bouge les chevilles, je me concentre pour ne pas me crisper sur la barre, comme depuis le début du vol car je pense que c'est ce qui m'empêche aussi de voler doucement et de cadencer donc me met au tas assez souvent. Au bout d'un moment apparaît le mal qu cou, je relève un peu mon assiette... Bon, il est 15h50 et toujours pas de reflux sur les balises... Maintenant, j'ai battu mon record de durée de vol, ça donne une petite raison de trouver le temps moins long : chaque minute est un nouveau record. A 16h30 je me dis que je vais devoir oublier la contrainte du lendemain car je serai de toutes façons physiquement à plat. Dans ce cas, autant attendre et poser à Aérogliss... 17h30, la crête des Serres fonctionne de mieux en mieux, je fais 2700m au "coin" Nord. Trop fatigué pour aller où que ce soit, je repars pour le pic de Chamatte. La radio ne fonctionne plus, je vais devoir oublier baisse des balises comme critère. J'estime qu'après 18h30 il devrait y avoir une baisse de la turbulence, ça fait un moment que j'observe l'ombre d'un arbre à Angles et elle s'allonge notablement... Un dernier 2500m un peu au sud du point où je dois virer vers Aérogliss. Et si ça pouvait me suffire pour raccrocher le Chalvet malgré l'Ouest ? Je tente en me donnant jusqu'à 1500m pour essayer de passer à l'Ouest du Chalvet. Ca flotte bien presque jusqu'à la verticale du village. En approchant du col des Robines ça turbule un peu mais, surtout, ma finesse se dégrade énormément jusqu'à 3 malgré un peu d'overdrive et en accélérant. A 1600 je suis encore bien loin du but et sais que cela ne va pas marcher. Je fais demi-tour, passe dans le col où je subis une grosse abattée. Content de ne pas être passé cent mètre plus bas. Je me dirige vers le sud de l'atterrissage Aérogliss, j'ouvre le harnais et commence des S au sud du terrain, sur le lac, pour être le plus loin possible du col qui crée la turbulence (je suppose que le terrain lui même ne déclanche plus trop thermiquement après 18h30). La manche à air alterne entre très faible et assez forte. Effectivement, en l'air cela bouge beaucoup en rentrant sur le terrain : grosse abattée en rentrant au-dessus de la manche sud à 50m sol, suivi d'une très forte remontée. Je me bats pour rétablire les paramètres de vitesse et d'horizontalié de l'aile. 18h30, ce n'était pas suffisant mais c'est trop tard pour changer d'avis ! Encore une remontée vers 10m sol, pas grave, le terrain est long et la vitesse sol faible, maintenir encore les paramètres nominaux... le sol s'approche, je ne suis pas mal, 1,5m sol, changement de mains, ah ! soit j'ai changé trop tôt (avant le neutre de la barre) soit je viens de prendre une raffale de face et ça remonte fort. Heuresement, j'ai les montants dans les mains (deux copains ont pris des boîtes dernièrement en rattant un montant à ce moment là) et je réussi à reprendre une assiette raisonnable pendant qu'il reste de la vitesse encore 3m avant de toucher le sol mais cette fois pas de soucis, je me pose sur les pieds pour la troisième fois d'affilée, comme chaque fois que je pousse vers le haut. Vite mettre le nez vers le bas pour ne pas se faire emmener par la prochaine raffale, se mettre dos au vent, se détacher. Ouf, c'est fini. Evidement, quelle que soit l'heure, il fallait poser à la Mure un jour où l'Ouest des fort (ce jour là l'école n'est pas montée pour le vol du soir). J'espère que ce récit évitera à d'autres de passer quatre heures à attendre que des conditions se calment alors que cela n'arrive pas forcément. Le delta étant ce qu'il est, je pliais encore vers 19h30 et c'est là que ça c'est un peu calmé.

Voilà, le récit est volontairement long pour vous donner une idée de la durée ressentie ;-)